Allah n'est pas obligé

Résumé du livre

Allah n'est pas obligé

Auteur : Ahmadou Kourouma

Analyse de : Daphné Troniseck

5/5 (9 avis)

Détails de l'abonnement

  • 9,99€ / mois
  • 10 téléchargements par mois
  • + de 1500 analyses
  • Résiliable à tout moment
Voir plus
Que puis-je trouver dans ce résumé sur "Allah n'est pas obligé"

Ce document propose un résumé clair et détaillé de Allah n'est pas obligé d'Ahmadou Kourouma, dont voici un extrait :

« Birahima est né à Togobala, un petit village que l’on suppose situé en Guinée. Il y vit avec sa mère, Bafitini, souffrant d’un ulcère à la jambe droite qui ne guérit pas. Elle est d’ailleurs contrainte d’avancer sur les fesses en s’aidant de ses mains, et en tenant sa jambe invalide en l’air.

Les habitants d’un village voisin racontent à Birahima que sa mère alimente l’ulcère de sa jambe en mangeant les âmes et que c’est la raison pour laquelle elle reste malade. Cette révélation perturbe le petit garçon qui fuit sa mère, bien qu’on lui assure que cette rumeur ne peut être vraie puisqu’ils sont malinkés, des Africains musulmans venus du Niger, et non féticheurs.»

A propos du livre "Allah n'est pas obligé"

Publié en 2000, Allah n’est pas obligé raconte l’enfance de Birahima, un garçon devenu soldat pour survivre dans une Afrique de l’Ouest ravagée par les guerres tribales. Avec son langage d’enfant – qu’il enrichit tout de même à l’aide de plusieurs dictionnaires –, le narrateur raconte sa vie de damné, une vie qu’il n’a pas choisie. L’objectif évident de l’écrivain est de dénoncer les guerres et de faire état de cette violence qui ravage le continent subsaharien et qui mène à la décomposition de ses structures culturelles et traditionnelles, dans un récit mêlant fiction et authenticité.

Auteur de quatre romans, c’est grâce à Allah n’est pas obligé qu’Ahmadou Kourouma sera considéré comme l’un des plus grands auteurs de la littérature africaine.

Ahmadou Kourouma

Ahmadou Kourouma est né le 24 novembre 1927 à Boundiali (en Côte d’Ivoire) et décédé le 11 décembre 2003 à Lyon. Il appartient à l’ethnie malinké, représentée dans les pays d’Afrique de l’Ouest. Il grandit en Côte d’Ivoire où il est élevé par son oncle et part ensuite pour Bamako, au Mali, afin d’y suivre des études. Sous la domination française (colonisation de 1950 à 1954), il est réquisitionné comme tirailleur en Indochine. Il poursuivra ensuite ses études de mathématiques et d’actuariat à Lyon, en France.

La Côte d’Ivoire gagne son indépendance en 1960, date à laquelle il regagne sa patrie. Mais, vite menacé par le Gouvernement corrompu de Félix Houphouët-Boigny, le président ivoirien, Kourouma va connaitre la prison puis l’exil : il part en Algérie (1964-1969), au Cameroun (1974-1984) et au Togo (1984-1994). Ce n’est qu’après ces trente années d’errance qu’il va pouvoir revenir en Côte d’Ivoire.

Son premier roman, Les Soleils des indépendances, est publié en 1968. L’auteur s’y montre très critique envers les dirigeants africains d’après la décolonisation et il est un des premiers à oser critiquer ouvertement ces régimes dictatoriaux. Son roman suivant qui retrace un siècle d’histoire coloniale, Monnè, outrages et défis, ne parait que 20 ans plus tard, en 1988. Entretemps, il a rédigé une pièce de théâtre, Tougnantigui ou le Diseur de vérité, qu’il a tenté de faire représenter à Abidjan en 1972, mais qui a très vite été censurée.

En 1994 sort son troisième roman, En attendant le vote des bêtes sauvages, qui fait le récit d’un chasseur de la « tribu des hommes nus » qui devient dictateur. Le roman fait une critique non dissimulée du chef d’État togolais Gnassingbé Eyadéma et de son entourage politique. Il reçoit le prix du Livre Inter. Allah n’est pas obligé parait quant à lui en 2000, et se voit décerner le prix Renaudot et le prix Goncourt des lycéens. Il dresse le portrait de Birahima, un enfant-soldat malgré lui. Lors de la guerre civile en Côte d’Ivoire, qui commence en 2002, l’écrivain se positionne contre l’ivoirité et est favorable au retour de la paix.

L’auteur est occupé à la rédaction d’un nouveau texte, Quand on refuse, on dit non, lorsqu’il décède en 2003 à Lyon. Le récit qu’il avait imaginé comme une suite à Allah n’est pas obligé est publié à titre posthume en 2004.

Marié et père de quatre enfants, Ahmadou Kourouma a également rédigé une série de livres pour la jeunesse. Un prix littéraire a été créé en son honneur par le Salon du Livre de Genève, il récompense chaque année un roman qui prend pour thème l’Afrique noire.

Informations techniques

ISBN numérique : 9782806268051RES

Ces analyses du livre "Allah n'est pas obligé" pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté ce résumé du livre "Allah n'est pas obligé" ont également acheté