Les Justes

Commentaire

Les Justes sur L'acte II

Auteur : Albert Camus

Analyse de : Natacha Cerf

5/5 (9 avis)

Détails de l'abonnement

  • 9,99€ / mois
  • 10 téléchargements par mois
  • + de 1500 analyses
  • Résiliable à tout moment
Voir plus
Extrait de l'analyse du livre Les Justes
Structure de ce commentaire du livre
  • Texte étudié (1 pages)

    Le passage de l’acte II des Justes reproduit

  • Mise en contexte (2 pages)

    Quelques éclairages pour mieux aborder l’analyse de l’extrait : le contexte historique, une réponse à Jean-Paul Sartre et la situation de l'extrait étudié

  • Commentaire (3 pages)

    Le texte étudié à la lumière du thème du meurtre politique et des figures de Kaliayev et de Stepan

Que puis-je trouver dans ce commentaire sur "Les Justes"

Ce commentaire littéraire propose une analyse approfondie de l’acte II des Justes d'Albert Camus, avec une mise en contexte et le commentaire en lui-même, structuré en différentes parties. Des clés pour mieux comprendre quelques-uns des enjeux essentiels de cette pièce du refus et de la dénonciation.

Dora et Annenkov attendent Yanek et Voinov, partis commettre un attentat à la bombe sur la personne du grand-duc. Au loin, le bruit de la calèche se fait entendre mais elle n’est pas suivie de la déflagration escomptée. Voinov revient. Il attendait la détonation du premier projectile pour pouvoir lancer le sien et ignore ce qu’il s’est passé. Yanek arrive enfin. Il est bouleversé : il n’a pas su lancer la bombe parce qu’il y avait les neveux du grand-duc, des enfants, dans la calèche. S’ensuit un débat entre les membres de l’Organisation en vue de déterminer si l’attentat doit avoir lieu malgré la présence des enfants.

Après quelques éclairages sur le contexte historique et sur le contexte littéraire dans lequel s’inscrit l’œuvre – la pièce de Camus est une réponse à la pièce Les Mains sales de Sartre -, le commentaire composé s’intéresse aux positions antagonistes de Kaliayev : tandis que le premier incarne l’engagement camusien, un engagement raisonné et non aveugle, le second, un terroriste pur et dur, défend la position sartrienne de la révolution. On commente ensuite la réflexion de Camus sur le meurtre politique.

A propos du livre "Les Justes"

Les Justes est une pièce de théâtre en cinq actes, représentée pour la première fois en 1949. Elle appartient au « cycle de la révolte » avec La Peste (1947) et L'homme révolté (1951). L'objectif de ce cycle est le refus et la dénonciation de tous les totalitarismes. Pour Les Justes, Camus s'est inspiré d'un évènement de la révolution russe : en janvier 1905, à Moscou, un groupe de terroristes liés au parti socialiste révolutionnaire organise un attentat contre le grand-duc Serge. Cet attentat, et les circonstances qui l'ont précédé, sont le sujet de la pièce, avec l'engagement comme notion centrale.

Albert Camus

Albert Camus (1913-1960) est ce qu’on appelle un pied noir, c’est-à-dire un Français né en Algérie. Orphelin de père élevé par sa grand-mère, il habite toute son enfance dans un quartier populaire d’Alger, côtoyant le soleil, la mer et surtout la misère. Après des études à Alger, il rejoint Paris en tant que journaliste (notamment pour les journaux Combat et Paris-Soir). Engagé politiquement, il écrit sur des sujets sensibles comme le stalinisme et le régime totalitaire soviétique et défend les musulmans d'Afrique du Nord contre les inégalités dont ils sont victimes.

Passionné de théâtre et de philosophie, il publie son premier ouvrage en 1937, intitulé L'Envers et l'Endroit, qui marquera le début d'un univers littéraire riche et varié. Romans, pièces de théâtre, nouvelles, poèmes et essais philosophiques, Albert Camus est aussi bien engagé au niveau politique qu'au niveau littéraire. Personnage influent au sein des cercles intellectuels de l’époque, il y forge sa célèbre réflexion sur l’absurde de la condition humaine et crée son fameux cycle de l'absurde en 1942 avec les oeuvres L'Étranger (1942), Le Mythe de Sisyphe (1942), Caligula (1944) et Le Malentendu (1944).

Après avoir reçu le prix Nobel de littérature en 1957, il meurt prématurément dans un accident de voiture en 1960 dans la petite ville de Villeblevin. Son roman L'Étranger a été traduit dans de nombreuses langues et a fait l'objet d'une adaptation cinématographique par Luchino Visconti en 1967. Il est classé dans les 100 meilleurs livres de tous les temps en 2002 par le Cercle norvégien du livre.

Informations techniques

ISBN papier : 9782806236272

ISBN numérique : 9782806233011

Ces analyses du livre "Les Justes" pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté ce commentaire du livre "Les Justes" ont également acheté