La Civilisation, ma mère !...

Résumé du livre

La Civilisation, ma mère !...

Auteur : Driss Chraïbi

Analyse de : Juline Hombourger

5/5 (5 avis)

Détails de l'abonnement

  • 9,99€ / mois
  • 10 téléchargements par mois
  • + de 1500 analyses
  • Résiliable à tout moment
Voir plus
Que puis-je trouver dans ce résumé sur "La Civilisation, ma mère !..."

Ce document propose un résumé gratuit clair et détaillé de La Civilisation, ma mère !... de Driss Chraïbi, dont voici un extrait :

« Chapitre 1

Le texte s’ouvre sur une déclaration d’autobiographie (fictive) où le narrateur explique qu’il va raconter son enfance et son pays natal. Le ton est lyrique.

Chapitre 2

Ce chapitre permet de présenter le personnage principal du roman, la mère. Le lecteur apprend qu’elle a eu une vie difficile : orpheline, puis bonne dans une famille bourgeoise, elle s’est mariée à treize ans avec un homme plus vieux, peu affectueux, qui n’est autre que le père de ses enfants. À travers le regard admiratif du narrateur, elle apparait comme une femme forte, tendre, douée, cherchant à tout prix le bonheur des autres. Elle ne cesse d’amuser ses deux fils grâce à sa façon bien à elle de concevoir les choses. Pour illustration, un jour, alors que le narrateur doit enlever ses vêtements « civilisés », sa mère, pour lui en confectionner d’autres, plus traditionnels, demande à Nagib, son ainé, d’aller lui chercher un mouton qu’elle compte tondre. S’ensuit un passage joyeux où les enfants rient de voir leur mère se débattre avec l’animal. Ce dernier est amené ensuite sur la terrasse : la mère en fera son confident jusqu’à la fête du sacrifice où elle le cuira, en larmes. »

Découvrez la suite dans le document.

A propos du livre "La Civilisation, ma mère !..."

La Civilisation, ma mère !... est le cinquième roman de Driss Chraïbi. Il parait en 1972. L’œuvre est divisée en deux parties : dans la première, « Être », c’est le jeune fils qui prend en charge l’histoire alors que dans la seconde, « Avoir », c’est Nagib, l’ainé, qui est le narrateur. Le récit est chronologique : la première partie est consacrée à l’enfance et à l’adolescence, et la seconde, au début de l’âge adulte. Dans les deux cas, le sujet des deux frères est leur mère tant aimée qu’ils vont encourager à s’émanciper du carcan des traditions. L’histoire se situe, au départ, dans le Maroc des années trente. Cet ouvrage est le premier de la littérature marocaine à s’intéresser à la question de la femme.

Driss Chraïbi

Driss Chraïbi est né le 15 juillet 1926 à El Jadida au Maroc. Avant de venir étudier la chimie à Paris en 1945, il est scolarisé dans une école coranique à Casablanca, puis dans l’école M’hammed Guessous à Rabat. Avant de s’intéresser à la littérature, Driss Chraïbi porte son intérêt sur les sciences et sur la neuropsychiatrie. Diplômé en 1950 en ingénierie, il travaille pourtant par la suite pour France Culture et commence à écrire.

Son premier roman, Le Passé simple, parait en 1954 et rencontre un certain succès en France. L’année suivante, sort Les Boucs, roman qui traite du colonialisme du Maroc par la France, qui reçoit un accueil mitigé de la part de sa mère patrie. Très attaché aux thèmes tournant autour du colonialisme, du racisme, de l’islam et de la précarité, l’écrivain poursuit sa carrière littéraire en écrivant des romans qui s’inspirent de son enfance et qui remettent en question les évènements historiques de l’époque. Il publie ainsi :

  • L’Ane (1956), qui traite du mouvement d’indépendance en Afrique coloniale ;
  • De tous les horizons (1958) ;
  • La Foule (1961), qui critique le général de Gaulle ;
  • Succession ouverte (1962), qui est l’occasion pour l’auteur de revenir sur sa relation avec son père ;
  • La Civilisation, ma mère !... (1972), qui traite de la condition de la femme au Maroc ;
  • Mort au Canada (1975) ;
  • La Mère du printemps (1982), qui raconte l’arrivée de l’islam en Occident ;
  • Naissance de l’aube (1986), qui est un roman historique sur l’arrivée des musulmans en Europe ;
  • L’Homme du livre (1995), qui met en scène le prophète Mahomet.

À partir de 1981, Driss Chraïbi commence une série de romans policiers qui rapporte les enquêtes de l’inspecteur Ali. Il publiera ses aventures jusqu’en 2004 avec un ultime volume, L’Homme qui venait du passé, qui revient sur la mort d’Oussama Ben Laden. Parallèlement à ces récits fictionnels, l’écrivain entreprend également de rédiger ses mémoires qui paraissent en 1998 et 2001 sous les titres Vu, lu, entendu et Le Monde à côté. Grand contributeur à la littérature marocaine francophone, Driss Chraïbi décède le 1er avril 2007 en France et repose aux côtés de son père dans un cimetière de Casablanca.

Informations techniques

ISBN numérique : 9782806219558-RES

Ces analyses du livre "La Civilisation, ma mère !..." pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté ce résumé du livre "La Civilisation, ma mère !..." ont également acheté