Eloge de la folie

Résumé du livre

Eloge de la folie

Auteur : Erasme

Analyse de : Nathalie Roland

5/5 (10 avis)

Détails de l'abonnement

  • 9,99€ / mois
  • 10 téléchargements par mois
  • + de 1500 analyses
  • Résiliable à tout moment
Voir plus
Que puis-je trouver dans ce résumé sur "Eloge de la folie"

Ce document propose un résumé gratuit clair et détaillé de l'Éloge de la folie d'Érasme, dont voici un extrait :

« Bien qu’elle se sache critiquée, la Folie connait la puissance de son pouvoir : « Moi seule, réjouis les Dieux et les hommes. » Devant le manque de reconnaissance des Hommes, elle décide de faire son propre éloge. Elle est née de Plutus, dieu de la richesse, dans les iles Fortunées. Élevée par l’Ivresse et l’Ignorance, elle vit entourée de ses « serviteurs » qui l’aident à diriger le monde : Amour-propre, Flatterie, Oubli, Paresse, Volupté, Étourderie, Mollesse, Bonne Chère et Sommeil Profond. Puisque le rôle des dieux est de soulager les hommes, elle se considère comme la divinité suprême étant donné qu'elle les apaise tous. »

Découvrez la suite dans le document.

A propos du livre "Eloge de la folie"

L’Éloge de la folie (1511) cache sous un discours amusant un texte complexe : la Folie fait son propre éloge tout en critiquant, d’une part, la société et en apportant, d’autre part, des réflexions profondes sur la religion. L’auteur a utilisé le grec pour faire un jeu de mots avec le mot folie (moriae en grec) qui renvoie à un ami de longue date, Thomas More. Aux yeux d’Érasme, cet ouvrage n’est qu’une « bagatelle » (p. 14) qu’il a écrite lors d’un voyage à cheval. Pourtant, ce livre sera largement critiqué. Bien que s’adressant à un public ciblé (écrit en latin), le texte sera traduit et largement diffusé, les illustrations du graveur Hans Holbein contribuant largement à sa popularisation.

Erasme

Né un 27 octobre, l’année de naissance exacte de ce théologien et homme de lettres hollandais n’est pas connue, les historiens évoquant soit 1466,1467 ou 1469. Son décès, lui, a lieu le 12 juillet 1536 à Bâle, en Suisse.

Lorsque sa mère décède d’une épidémie en 1483, son père, qui est prêtre, rappelle Érasme et son frère dans leur ville natale de Gouda. À la mort de leur père, les deux frères sont confiés à trois tuteurs, qui les poussent à entrer au couvent. Si Pierre cède rapidement, Érasme est plus réticent, mais tout de même ses vœux en 1488 et rejoint la communauté des chanoines de Saint Augustin à Stein, avant d’être ordonné prêtre quatre ans plus tard. Lui qui n’a jamais voulu de cette vie monastique s’empresse d’accepter la proposition de l’évêque de Cambrai, qui l’invite, en raison de ses talents de latiniste, à l’accompagner dans ses déplacements en qualité de secrétaire. Un ou deux ans plus tard, il obtient la permission de se rendre à Paris pour y suivre des études à l’université, où il apprend le grec et rencontre de nombreux humanistes. Mais ce style de vie austère ne lui convient pas. À cette même période, il fait la rencontre de Fauste Andrelin, un poète avec qui il se lie d’amitié. Ne voulant pas entraver sa liberté de pensée et de création littéraire, Érasme quitte l’université et mène une vie d’étudiant indépendante de toute influence, qu’elle soit religieuse, patriotique ou académique. Maitrisant parfaitement le latin, il peut voyager sur le continent européen et ne pas se sentir étranger. Après avoir parcouru l’Europe pendant près de 15 ans, Érasme se rend en Italie où il devient théologien à l’université de Turin.

En 1509, il se rend à nouveau en Angleterre et réside chez son ami Thomas Moore, un humaniste anglais. Durant cette période, il écrit son œuvre majeure, l’Éloge de la folie, une thèse humoristique qui sera publiée deux ans plus tard. Dedans, à travers la voix de la déesse de la Folie, il critique avec verve diverses professions et strates sociales telles que les théologiens, les moines et le haut clergé, mais aussi les courtisans. Bien qu’il dénonce ouvertement l’attitude du clergé et du pape et qu’il revendique une conception humaniste de la chrétienté, il n’encourage pas pour autant la réforme protestante que veut lancer Martin Luther.

Alors qu’il prépare son doctorat en théologie à la Sorbonne, Érasme s’intéresse de plus en plus à la rhétorique épistolaire et publie, en 1522, De conscribendis epistolis, un manuel d’épistolographie fortement influencé par la mouvance humaniste de la Renaissance qui mêle tradition classique et médiévale et aborde l’art d’écrire des lettres. En 1528, il publie son Cicéronien, dans lequel il critique les auteurs pour qui utiliser un vocabulaire différent de celui de Cicéron dans leur œuvre serait une infamie.

Puisque Bâle semble entièrement ralliée à la cause réformiste, Érasme choisit de s’installer à Fribourg-en-Brisgau pour écrire son dernier ouvrage, L’Ecclésiaste. Il revient cependant à Bâle en 1535 afin de suivre la publication de sa dernière œuvre et se voit offrir le poste de cardinal par le pape, qu’il refuse.
Il décède en le 12 juillet 1536 en laissant derrière lui un héritage d’une richesse inestimable qui lui vaut encore aujourd’hui d’être considéré comme l’une des figures majeures de la culture occidentale.

Informations techniques

ISBN papier : 9782806251978

ISBN numérique : 9782806251534

Ces analyses du livre "Eloge de la folie" pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté ce résumé du livre "Eloge de la folie" ont également acheté