Vipère au poing

Commentaire

Vipère au poing sur Le chapitre 16

Auteur : Hervé Bazin

Analyse de : Fabien Hauret-Clos

4.5/5 (7 avis)

Détails de l'abonnement

  • 9,99€ / mois
  • 10 téléchargements par mois
  • + de 1500 analyses
  • Résiliable à tout moment
Voir plus
Extrait de l'analyse du livre Vipère au poing
Structure de ce commentaire du livre
  • Texte étudié (1 pages)

    Le passage du chapitre 16 de Vipère au poing reproduit

  • Mise en contexte (1 pages)

    Quelques éclairages pour mieux aborder l’analyse de l’extrait

  • Commentaire (3 pages)

    Le texte étudié à lumière du thème de la tentative de meurtre et des figures de Brasse-Bouillon et Folcoche

Que puis-je trouver dans ce commentaire sur "Vipère au poing"

Ce commentaire littéraire propose une analyse approfondie du chapitre 16 de Vipère au poing d'Hervé Bazin, avec une mise en contexte et le commentaire en lui-même, structuré en différentes parties. Des clés pour mieux comprendre quelques-uns des enjeux essentiels de ce roman à scandale.

Depuis une dizaine d’années, Jean, surnommé « Brasse-Bouillon », Frédie et Cropette subissent les mauvais traitements de leur mère. Pris dans une « guerre alimentaire », les garçons sont obligés de manger du poisson avarié. Folcoche les accuse d’avoir voulu empoisonner les chevaux, ce qui a donné des idées à Jean. Après une tentative d’empoisonnement échouée, une nouvelle occasion se présente : noyer Folcoche au cours d’une promenade sur la rivière. L’épisode de la noyade raconte une tragédie qui n’a pas eu lieu. Ce passage reste un moment fort du récit car il donne lieu à une révélation du caractère de Folcoche et augure d’une inversion du rapport de force qui l’oppose à ses fils.

Après une mise en contexte dans laquelle on situe l’extrait de l’œuvre, le commentaire composé s’intéresse aux jeux des enfants, qui parviennent véritablement à transfigurer le réel, puis à leur tentative de meurtre sur leur mère, une épisode qui pourrait tourner au drame mais qui plonge finalement le lecteur dans un univers de comédie. On se penche ensuite sur le conflit opposant Brasse-Bouillon et Folcoche qui vont se livrer à un duel psychologique sans merci.

A propos du livre "Vipère au poing"

Publié en 1948, Vipère au poing suscita de vives réactions auprès du grand public qui y vit une satire de la condition bourgeoise, des valeurs familiales et de la religion. Ce livre raconte les aventures d'un garçonnet, Jean (dit Brasse-Bouillon) et surtout son insoumission à sa mère, Paule Rezeau (née Pluvignec), une femme sèche et dure. Cette œuvre, clairement inspirée de la vie de son auteur, est le second volet de la trilogie autobiographique de Bazin. La langue très orale du livre, ainsi que sa narration à la première personne, aident le lecteur à pénétrer dans l'univers fascinant de la Belle Angerie et de ses habitants...

Hervé Bazin

Hervé Bazin nait à Angers en 1911, et grandit dans une famille bourgeoise de propriétaires terriens. Il reçoit une éducation stricte et pieuse, carcan duquel il tente de se libérer en se rebellant contre sa parenté qu'il juge tyrannique. Il choisit très tôt de devenir écrivain.

Après la rédaction de revues littéraires (La coquille, 1946) et de recueils poétiques (Jours, 1947) délaissés par le lectorat, il rédige Vipère au poing, en 1948. Ce roman soulève tant l'admiration que l'indignation et intervient dans l'élection de Bazin comme membre de l'Académie Goncourt (1960). C'est avec ironie et mordant qu'il y traite des valeurs familiales, de la crise identitaire ou de la nature. Bazin décède en 1996, à l'âge de 84 ans.

Informations techniques

ISBN papier : 9782806236562

ISBN numérique : 9782806233295

Ces analyses du livre "Vipère au poing" pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté ce commentaire du livre "Vipère au poing" ont également acheté