L'Homme qui plantait des arbres

Analyse du livre

L'Homme qui plantait des arbres

Auteur : Jean Giono

Analyse de : Marine Everard

4.5/5 (9 avis)

Détails de l'abonnement

  • 9,99€ / mois
  • 10 téléchargements par mois
  • + de 1500 analyses
  • Résiliable à tout moment
Voir plus
Extrait de l'analyse du livre L'Homme qui plantait des arbres
Structure de cette analyse du livre
  • Introduction (1 pages)

    Tout savoir sur l’auteur de L’homme qui plantait des arbres et son œuvre

  • Résumé détaillé de L’Homme qui plantait des arbres (1 pages)

    La trame narrative résumée de la nouvelle L’Homme qui plantait des arbres

  • Étude approfondie des personnages (2 pages)

    Une présentation des protagonistes majeurs : Elzéard Bouffier et le narrateur

  • Quelques clés de lecture (5 pages)

    Une notice biographique, ou la volonté de faire illusion ; Une parabole humaniste ; Destruction versus création ; Vers une lecture actualisée, l’engagement écologiste

  • Plusieurs pistes de réflexion (1 pages)

    Questions pour compléter votre analyse de L’Homme qui plantait des arbres de Jean Giono

Que puis-je trouver dans cette analyse sur "L'Homme qui plantait des arbres"

Les lecteurs de cette fiche de lecture se réjouiront de découvrir l’analyse originale de L’Homme qui plantait des arbres de Jean Giono, rédigée par Marine Everard, maitre en lettres modernes.

Elle présente en effet un résumé détaillé de ce court récit dont le but original est de « faire aimer à planter des arbres ». Traitant des thèmes de l’écologie, de la nature, du bonheur, de la vie et de l’harmonie, l’œuvre de Giono est ici abordée avec précision et clarté. Notre spécialiste étudie par ailleurs les deux personnages principaux mis en scène : Elzéard Bouffier, un homme solitaire et paisible qui s’est donné pour tâche de planter une forêt dans une région aride et sauvage, et le narrateur, qui présente de nombreuses similitudes avec l’auteur de la nouvelle. À travers les clés de lecture, ensuite, est analysée la genèse de l’œuvre ainsi que l’objectif de l’écrivain, puis la dimension biblique et religieuse de la nouvelle, et, enfin, l’opposition entre destruction et création. Bien plus, l’engagement écologiste de Giono, qui cherche à véhiculer l’amour des arbres, constitue l’un des points principaux de cette analyse de livre. La synthèse contient aussi quelques questions ouvertes pour aider les lecteurs à approfondir leur étude de l’œuvre.

A propos du livre "L'Homme qui plantait des arbres"

L'Homme qui plantait des arbres est une nouvelle écrite en 1953 par Jean Giono pour, selon les dires de l’auteur, « faire aimer à planter des arbres ». Ce message écologique de développement durable contribue à faire étudier L’Homme qui plantait des arbres à l’école : il s’agit aujourd’hui d’une oeuvre majeure de la littérature d’enfance et de jeunesse, qui véhicule également des valeurs humanistes et politiques.

Né en 1895 et mort en 1970, Jean Giono est un écrivain français. Il est né, a vécu et est mort dans la petite ville de Manosque, située dans les Alpes-de-Haute-Provence, à laquelle il est très attaché. Dans L'Homme qui plantait des arbres, c’est justement cette région que fait revivre le berger Elzéard Bouffier en plantant des arbres. Jean Giono fait passer cette histoire pour authentique, tirée de la vie réelle, et beaucoup le croient à l’époque ; mais on sait aujourd’hui qu’il s’agit d’une fiction.

Ecrite à la suite d'un concours du magazine américain Reader's Digest, la nouvelle intitulée L'Homme qui plantait des arbres de Jean Giono, qui connait un succès mondial, a fait l’objet d’une adaptation cinématographique sous la forme d’un film d’animation éponyme. Réalisé par l'illustrateur Frédéric Back et lu par Philippe Noiret, ce film a eu un très grand succès et a d’ailleurs décroché plus de 40 prix à travers le monde.

Jean Giono

Jean Giono (1895-1970) est un écrivain français autodidacte qui a commencé très tôt à publier des poèmes et des contes dans des journaux. C’est un amoureux de sa Provence natale, qu’il décrit avec enchantement dans son œuvre (Colline, 1929 et Que ma joie demeure, 1935), et un fervent défenseur de la paix (Le Grand Troupeau, 1931), de l’égalité sociale et de la justice (Un de Baumugnes, 1929 et Batailles dans les montagnes, 1937).

Emprisonné pour ses idées pacifistes, accusé injustement de collaboration et incompris par ses détracteurs, Giono sait reconnaitre ses vrais amis. Il se concentre, dans ses œuvres, sur l’étude des caractères et des âmes (Un roi sans divertissement, 1947 ; Les Âmes fortes, 1950 ; Le Moulin de Pologne, 1952).

Informations techniques

ISBN papier : 9782806212108

ISBN numérique : 9782806220400

Ces analyses du livre "L'Homme qui plantait des arbres" pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté cette analyse du livre "L'Homme qui plantait des arbres" ont également acheté