Un roi sans divertissement

Commentaire

Un roi sans divertissement sur La métamorphose de la forêt en automne

Auteur : Jean Giono

Analyse de : Marine Everard

5/5 (10 avis)

Détails de l'abonnement

  • 9,99€ / mois
  • 10 téléchargements par mois
  • + de 1500 analyses
  • Résiliable à tout moment
Voir plus
Extrait de l'analyse du livre Un roi sans divertissement
Structure de ce commentaire du livre
  • Texte étudié (1 pages)

    Le passage de la métamorphose de la forêt en automne d’Un roi sans divertissement reproduit

  • Mise en contexte (1 pages)

    Quelques éclairages pour mieux aborder l’analyse de l’extrait : le thème du divertissement dans le roman et la situation de l'extrait étudié

  • Commentaire (3 pages)

    Le texte étudié à la lumière du thème de la métamorphose de la forêt, du hêtre et du passage symbolique

Que puis-je trouver dans ce commentaire sur "Un roi sans divertissement"

Ce commentaire littéraire propose une analyse approfondie du passage de la métamorphose de la forêt en automne dans Un roi sans divertissement de Jean Giono. Vous y trouverez une mise en contexte et le commentaire en lui-même, structuré en différentes parties. Des clés pour mieux comprendre quelques-uns des enjeux essentiels de cette œuvre entre chronique historique et roman policier.

Le passage étudié se situe au début du roman. Lors de l'hiver 1843, Marie-Chazottes a disparu et on a tenté d'enlever le jeune Ravanel. Le retour des beaux jours chasse la peur, l'été survient, puis l'automne, qui fait l'objet d'une description très poétique centrée sur la métamorphose de la forêt et du hêtre de la scierie.

Après quelques éclairages sur l’œuvre et la situation de l’extrait étudié, le commentaire composé s’intéresse entre autres à la description de la forêt, qui subit une métamorphose soudaine, rendue par de multiples métaphores, puis à la symbolique du hêtre, qui semble placé au centre de l’univers.

A propos du livre "Un roi sans divertissement"

Un roi sans divertissement, publié en 1947, est le premier roman de Jean Giono après la Seconde Guerre Mondiale. Composé en 40 jours, il signe un tournant dans son œuvre ; en effet, la noirceur et le pessimisme qui s'en dégagent contrastent avec le lyrisme humaniste et l'espérance sereine de ses livres précédents. Assombrie par la guerre et la prison, l'écriture de Giono adopte une nouvelle perspective. Ancré dans les montagnes du Trièves, où l'auteur passait ses vacances, le roman est une réflexion sur le mal et l'ennui qui engendrent la cruauté. Suite à une série de disparitions qui bouleverse le quotidien d'un village de la région, le capitaine Langlois se lance à la poursuite du meurtrier, mais il finit par se suicider pour ne pas lui ressembler, après une vaine quête de divertissement.

Jean Giono

Jean Giono (1895-1970) est un écrivain français autodidacte qui a commencé très tôt à publier des poèmes et des contes dans des journaux. C’est un amoureux de sa Provence natale, qu’il décrit avec enchantement dans son œuvre (Colline, 1929 et Que ma joie demeure, 1935), et un fervent défenseur de la paix (Le Grand Troupeau, 1931), de l’égalité sociale et de la justice (Un de Baumugnes, 1929 et Batailles dans les montagnes, 1937).

Emprisonné pour ses idées pacifistes, accusé injustement de collaboration et incompris par ses détracteurs, Giono sait reconnaitre ses vrais amis. Il se concentre, dans ses œuvres, sur l’étude des caractères et des âmes (Un roi sans divertissement, 1947 ; Les Âmes fortes, 1950 ; Le Moulin de Pologne, 1952).

Informations techniques

ISBN papier : 9782806236548

ISBN numérique : 9782806233271

Ces analyses du livre "Un roi sans divertissement" pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté ce commentaire du livre "Un roi sans divertissement" ont également acheté