La Double Inconstance

Commentaire

La Double Inconstance sur La scène 11 de l'acte II

Auteur : Pierre de Marivaux

Analyse de : Carine Roucan

4/5 (1 avis)

Détails de l'abonnement

  • 9,99€ / mois
  • 10 téléchargements par mois
  • + de 1500 analyses
  • Résiliable à tout moment
Voir plus
Extrait de l'analyse du livre La Double Inconstance
Structure de ce commentaire du livre
  • Texte étudié (2 pages)

    Le passage de l’acte II, scène 11 de La Double Inconstance reproduit

  • Mise en contexte (1 pages)

    Quelques éclairages pour mieux aborder l’analyse de l’extrait

  • Commentaire (3 pages)

    Le texte étudié à la lumière des thèmes de l’éducation et des langages des villes et des champs

Que puis-je trouver dans ce commentaire sur "La Double Inconstance"

Ce commentaire littéraire propose une analyse approfondie de la scène 11 de l’acte II de La Double Inconstance de Marivaux. Vous y trouverez le texte étudié, une mise en contexte et le commentaire en lui-même, structuré en différentes parties. Des clés pour mieux comprendre quelques-uns des enjeux essentiels de cette comédie résolument moderne.

La scène 11 de l’acte II marque un tournant dans la double intrigue amoureuse et représente l’originalité de Marivaux qui renouvelle la comédie : les amoureux naïfs ne triomphent pas, contrairement aux comédies de Molière, mais voient leurs sentiments évoluer. Dès le début de la pièce, deux camps s’opposent : la Cour, c’est-à-dire le monde du langage et de la civilisation, et la campagne, représentée par Silvia et Arlequin, qui incarnent la nature innocente et ignorante des codes sociaux. Il faut préciser que le statut social des personnages est mal défini : on sait que Silvia et Arlequin viennent du même village, mais ils ne sont pas clairement identifiés.

Après une mise en contexte, le commentaire composé s’intéresse à l’opposition entre Flaminia et Silvia : tandis que la première est une intrigante qui maitrise le langage à la perfection pour parvenir à ses fins, la seconde apparait comme une enfant innocente incapable de s’exprimer. On se penche ensuite sur l’évolution de Silvia, en pleine mutation, et sur celle de Flaminia, qui se révèle finalement désireuse de quitter le monde de la cour.

A propos du livre "La Double Inconstance"

La Double Inconstance fut jouée au Théâtre-Italien en 1723. Cette même année, les Italiens devenaient les « Comédiens ordinaires du Roi ». Marivaux a beaucoup appris des comédiens italiens et c’est à la troupe de Lelio (Luigi Riccoboni) qu’il doit ses plus grands succès.

 Cette comédie est souvent perçue comme une version désabusée de la pièce Arlequin poli par l’amour. En effet, la leçon apparemment scandaleuse de La Double Inconstance prône la liberté individuelle (et donc l’inconstance) au détriment de l’amour (indéfectible dans Arlequin poli par l’amour). Jugés hâtivement amoraux par le passé, les propos des personnages de Marivaux sont aujourd’hui perçus comme étonnamment modernes.

Pierre de Marivaux

Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, né en 1688 et mort en 1763, est un écrivain français issu de la petite noblesse. Élevé en province, il étudie le droit à Paris et délaisse ses études quelque temps pour se consacrer à la littérature. Il terminera ses études des années plus tard mais ne pratiquera jamais le métier d’avocat auquel il était destiné. Si son œuvre littéraire est très variée, c’est pourtant le théâtre qui le passionne le plus et auquel il consacrera sa vie.

Sa première œuvre s’intitule Le Père prudent et équitable, ou Crispin l’heureux fourbe et est représentée pour la première fois en 1706. Mais c’est avec des comédies telles qu’Arlequin poli par l’amour (1720), Le Jeu de l’amour et du hasard (1730) ou Les Fausses confidences (1737) qu’il connait le succès. Moraliste, son œuvre se veut une recherche d’un monde vrai, sans faux-semblants, et une étude du sentiment amoureux.

Pour qualifier la subtilité du langage galant de ses personnages séducteurs, on parle de « marivaudage ». Il est aussi l’auteur de deux romans, La Vie de Marianne (1726-1741) et Le Paysan parvenu (1735). Élu à l’Académie française en 1742, Marivaux est un homme d’esprit qui fréquente les salons littéraires.

Il est – avec Molière, Corneille, Musset et Racine – un des auteurs les plus joués à la Comédie-Française.

Informations techniques

ISBN papier : 9782806236012

ISBN numérique : 9782806232762

Ces analyses du livre "La Double Inconstance" pourraient également vous intéresser
Ceux qui ont acheté ce commentaire du livre "La Double Inconstance" ont également acheté