Philip Pullman

Philip Pullman

Le père de Philip Pullman, pilote de la Royal Air Force, est affecté en Afrique alors que l’écrivain est enfant. La famille y passe quelques années, mais à la mort du père, sa mère décide de rentrer en Angleterre. Philip est marqué par la figure de son grand-père, un ecclésiastique anglican, grand conteur à qui il doit son goût de la narration.
Il étudie la philologie à l’Université d’Oxford. À partir des années 70, il commence à enseigner et écrit des pièces de théâtre pour ses élèves, puis obtient, dans les années 80, une chaire à Oxford et à Westminster. Après la publication de « La malédiction du rubis » (1986), il se consacre à l’écriture.

Passionné par les contes, il écrit principalement pour la jeunesse (mais pas exclusivement), mais ne se considère pas comme un « écrivain » : ce terme lui semblant inapproprié, il dit « écrire des histoire » (présentation de l’auteur, p. 503).
Il est aujourd’hui un des auteurs jeunesse les plus lus au monde.

Nos analyses des livres de Philip Pullman