Philip Roth

Philip Roth

Né dans une famille d’immigrés juifs originaires d’Europe de l’Est, Philip Milton Roth grandit à Newark, petite ville de la côte Est des États-Unis où il passe une enfance heureuse. Après des études supérieures, il devient professeur de lettres dans plusieurs universités.
En 1959, il publie un recueil de nouvelles, Goodbye, Columbus avant de connaitre un immense succès dix ans plus tard avec son premier roman, Portnoy et son complexe, dans lequel il dévoile ses qualités de satiriste et de provocateur.

Décrit comme le maitre incontesté de l’autofiction jusqu’à la parution de Pastorale américaine, date à laquelle son oeuvre amorce un tournant, Roth brossera de sa plume précise et acerbe, trempée dans l’actualité, le portrait des classes moyennes américaines ainsi que les moeurs de la communauté juive dont il est issu. Sa vie personnelle et ses deux mariages seront également une source d’inspiration dans le traitement d’autres thèmes récurrents : la sexualité, le désir, les femmes, l’infidélité.

Auteur multirécompensé d’une trentaine de romans (Pastorale américaine a reçu le prix Pulitzer de la fiction en 1998), Philip Roth annonce en 2012 qu’il n’écrira plus, provoquant l’émoi des lecteurs et des cercles littéraires. Nemesis restera son dernier roman publié. Roth décède six ans plus tard, le 22 mai 2018.

Nos analyses des livres de Philip Roth