L'Avalée des avalés : Analyse du livre

0 évaluation

Auteur : Réjean Ducharme

Analyse de : Juline Hombourger

Dans cette analyse synthétique, découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur L’avalée des avalés, un roman culte de la littérature québécoise. Paru en 1966, il s’agit de la première œuvre publiée de l’écrivain Réjean Ducharme. Auteur et dramaturge québécois, il est l’un des écrivains les plus célèbres de sa génération. Il a laissé un héritage littéraire très riche, en particulier grâce à L’avalée des avalés.

Cette fiche de lecture revient sur tous les points-clés qui permettent de comprendre le livre en détail. Elle commence par une présentation de l’auteur et de son ouvrage, enchaîne avec une analyse des personnages et termine avec des pistes de réflexion vous encourageant à approfondir davantage L’avalée des avalés.

L’Avalée des avalés : présentation de l’analyse

L’Avalée des avalés de Réjean Ducharme est une œuvre d’une richesse langagière rare que les passionnés de littérature française pourront découvrir ou redécouvrir grâce à cette analyse approfondie. Ce récit poétique pose un regard résolument moderne sur notre monde. Il relate de nombreuses péripéties dans une écriture originale et particulièrement recherchée.

Cette fiche de lecture s’attache, dès lors, à décortiquer les subtilités et les spécificités de ce chef-d’œuvre, de façon à aider le lecteur à avancer rapidement dans la compréhension de l’intrigue et des enjeux présentés par Ducharme.

L’analyse commence par introduire le célèbre écrivain québécois, ainsi que L’avalée des avalés, publication qui lui a valu le Prix du Gouverneur général : romans et nouvelles de langue française en 1966. Elle fournit ensuite un résumé fidèle et exhaustif d’un récit où fourmillent digressions et réflexions fantaisistes. Cette partie récapitule les aventures de la jeune Bérénice Einberg et de ses voyages depuis son île natale (l’île des Sœurs) jusqu’à New York et Israël.

Vous retrouverez également une étude des personnages principaux de L’avalée des avalés, à commencer par la narratrice et héroïne Bérénice Einberg. Elle décrit aussi le plus fidèlement possible les autres protagonistes-clés : la mère de la protagoniste Mme Einberg (surnommée « Chat mort » ou « Chamamor »), son père Mauritius Einberg, son frère tant aimé Christian, ses loyales amies Constance Chlore et Gloria, ainsi que de son oncle autoritaire Zio.

Pour que vous puissiez approfondir votre analyse, cette synthèse se termine sur quelques clés de lecture qui examinent la parole mise en œuvre, ainsi que sur une série de questions ouvertes qui prolongent votre réflexion sur L’avalée des avalés de Réjean Ducharme.

Analyse des personnages principaux de L’Avalée des avalés

Après un résumé complet de l'œuvre, la fiche de lecture propose une analyse complète et détaillée des personnages principaux afin d’aider le lecteur à s’y retrouver dans le dédale schizophrénique qui caractérise le récit.

L’héroïne de l’histoire se prénomme Bérénice. Animée par le désir de rébellion, la fille des Einberg refuse de se conformer à une société qui prône l’agrégation et l’homogénéité. Le milieu dans lequel elle grandit l’« ensauvage ». Elle veut à tout prix s’échapper d’une structure familiale conflictuelle qui participe par ailleurs au développement de son mépris brutal à l’égard du monde d’adulte.

Cette situation conflictuelle prend racine dans un différend religieux entre les parents de Bérénice. En effet, son père, Mauritius, est juif, alors que sa mère (qui n’est appelée que Chat Mort ou Chamomor) est catholique. Déchirée par des croyances et des aspirations fondamentalement opposées, la famille Einberg est torturée par les conflits perpétuels.

L’étude des personnages se tourne également vers les rôles secondaires de L’avalée des avalés, comme Christian. La rupture entre Bérénice et ses parents la pousse à vouer un amour inconditionnel et sans limites à son frère aîné Christian. 

Quant à son rapport avec ses amies, Bérénice montre une certaine tendance à vouloir dominer dans ses relations avec Constance Chlore (qui devient plus tard Exsangue) et Gloria. Sa nature incontrôlable pousse son père à l’envoyer à New York, chez son oncle Zio, puis en Israël, pensant que celle-ci a besoin d’un environnement plus structuré.

Clés de lecture et pistes de lecture

Pour conclure, cette analyse littéraire de L’avalée des avalés vous propose différentes clés de lecture. Elle examine entre autres cette œuvre en tant que récit poétique. Elle commente également le concept d’intertextualité et étudie le rejet de l’âge adulte, ainsi que le travail de « défigement » entrepris par Réjean Ducharme.

À la fin de l’analyse, vous retrouverez quelques pistes de lecture qui visent à prolonger l’exploration du livre. À cet effet, vous pouvez d’ailleurs consulter notre résumé de L’avalée des avalés.



Structure de cette analyse du livre

  • Introduction à l’artiste polyvalent et à son œuvre (1 pages)

    Réjean Ducharme, Écrivain, dramaturge, sculpteur et scénariste québécois
    L’Avalée des avalés, Un récit empli de poésie

  • Résumé complet de l'intrigue (3 pages)

    L’histoire de L’Avalée des avalés résumée en plusieurs parties

  • Présentation générale des personnages (2 pages)

    Une analyse de Bérénice Einberg, de Madame Einberg (Chat Mort ou Chamomor), de Mauritius Einberg, de Christian, de Constance Chlore (Constance Exsangue), de Gloria et de Zio

  • Comprendre l’œuvre avec ces clés de lecture (2 pages)

    Un récit poétique ; Une intertextualité foisonnante ; L’enfant contre l’adulte ; L’instabilité comme principe structurant

  • Plusieurs pistes de réflexion (1 pages)

    Quelques questions pour poursuivre votre analyse de L’Avalée des avalés de Réjean Ducharme

Que puis-je trouver dans cette analyse sur "L'Avalée des avalés"

Dans cette analyse synthétique, découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur L’avalée des avalés, un roman culte de la littérature québécoise. Paru en 1966, il s’agit de la première œuvre publiée de l’écrivain Réjean Ducharme. Auteur et dramaturge québécois, il est l’un des écrivains les plus célèbres de sa génération. Il a laissé un héritage littéraire très riche, en particulier grâce à L’avalée des avalés.

Cette fiche de lecture revient sur tous les points-clés qui permettent de comprendre le livre en détail. Elle commence par une présentation de l’auteur et de son ouvrage, enchaîne avec une analyse des personnages et termine avec des pistes de réflexion vous encourageant à approfondir davantage L’avalée des avalés.

L’Avalée des avalés : présentation de l’analyse

L’Avalée des avalés de Réjean Ducharme est une œuvre d’une richesse langagière rare que les passionnés de littérature française pourront découvrir ou redécouvrir grâce à cette analyse approfondie. Ce récit poétique pose un regard résolument moderne sur notre monde. Il relate de nombreuses péripéties dans une écriture originale et particulièrement recherchée.

Cette fiche de lecture s’attache, dès lors, à décortiquer les subtilités et les spécificités de ce chef-d’œuvre, de façon à aider le lecteur à avancer rapidement dans la compréhension de l’intrigue et des enjeux présentés par Ducharme.

L’analyse commence par introduire le célèbre écrivain québécois, ainsi que L’avalée des avalés, publication qui lui a valu le Prix du Gouverneur général : romans et nouvelles de langue française en 1966. Elle fournit ensuite un résumé fidèle et exhaustif d’un récit où fourmillent digressions et réflexions fantaisistes. Cette partie récapitule les aventures de la jeune Bérénice Einberg et de ses voyages depuis son île natale (l’île des Sœurs) jusqu’à New York et Israël.

Vous retrouverez également une étude des personnages principaux de L’avalée des avalés, à commencer par la narratrice et héroïne Bérénice Einberg. Elle décrit aussi le plus fidèlement possible les autres protagonistes-clés : la mère de la protagoniste Mme Einberg (surnommée « Chat mort » ou « Chamamor »), son père Mauritius Einberg, son frère tant aimé Christian, ses loyales amies Constance Chlore et Gloria, ainsi que de son oncle autoritaire Zio.

Pour que vous puissiez approfondir votre analyse, cette synthèse se termine sur quelques clés de lecture qui examinent la parole mise en œuvre, ainsi que sur une série de questions ouvertes qui prolongent votre réflexion sur L’avalée des avalés de Réjean Ducharme.

Analyse des personnages principaux de L’Avalée des avalés

Après un résumé complet de l'œuvre, la fiche de lecture propose une analyse complète et détaillée des personnages principaux afin d’aider le lecteur à s’y retrouver dans le dédale schizophrénique qui caractérise le récit.

L’héroïne de l’histoire se prénomme Bérénice. Animée par le désir de rébellion, la fille des Einberg refuse de se conformer à une société qui prône l’agrégation et l’homogénéité. Le milieu dans lequel elle grandit l’« ensauvage ». Elle veut à tout prix s’échapper d’une structure familiale conflictuelle qui participe par ailleurs au développement de son mépris brutal à l’égard du monde d’adulte.

Cette situation conflictuelle prend racine dans un différend religieux entre les parents de Bérénice. En effet, son père, Mauritius, est juif, alors que sa mère (qui n’est appelée que Chat Mort ou Chamomor) est catholique. Déchirée par des croyances et des aspirations fondamentalement opposées, la famille Einberg est torturée par les conflits perpétuels.

L’étude des personnages se tourne également vers les rôles secondaires de L’avalée des avalés, comme Christian. La rupture entre Bérénice et ses parents la pousse à vouer un amour inconditionnel et sans limites à son frère aîné Christian. 

Quant à son rapport avec ses amies, Bérénice montre une certaine tendance à vouloir dominer dans ses relations avec Constance Chlore (qui devient plus tard Exsangue) et Gloria. Sa nature incontrôlable pousse son père à l’envoyer à New York, chez son oncle Zio, puis en Israël, pensant que celle-ci a besoin d’un environnement plus structuré.

Clés de lecture et pistes de lecture

Pour conclure, cette analyse littéraire de L’avalée des avalés vous propose différentes clés de lecture. Elle examine entre autres cette œuvre en tant que récit poétique. Elle commente également le concept d’intertextualité et étudie le rejet de l’âge adulte, ainsi que le travail de « défigement » entrepris par Réjean Ducharme.

À la fin de l’analyse, vous retrouverez quelques pistes de lecture qui visent à prolonger l’exploration du livre. À cet effet, vous pouvez d’ailleurs consulter notre résumé de L’avalée des avalés.



Réjean Ducharme

Artiste énigmatique qui refuse toute entrevue depuis plus de 40 ans, Réjean Ducharme est né à Lanaudière, une région administrative du Québec, le 12 aout 1941. Écrivain, dramaturge, scénariste et sculpteur, ce touche-à-tout vit dans l’anonymat depuis sa consécration en 1966 à la suite de la parution de son premier roman, L’Avalée des avalés

Après avoir suivi des études secondaires à Joliette chez les clercs de Saint-Viateur, Réjean Ducharme s’inscrit à l’École polytechnique de Montréal, qu’il quitte six mois plus tard pour devenir commis de bureau. Après une période où il alterne chômage et petits boulots, il s’engage dans l’Aviation canadienne et s’envole en 1962 pour l’Arctique.

Les années qui suivent, Réjean Ducharme les consacre à l’écriture de son premier roman, L’Avalée des avalés, qui sera publié en 1966 par Gallimard. La publication de l’ouvrage, qui s’inscrit dans un contexte de nationalisme québécois particulièrement intense, par une maison d’édition française fait couler beaucoup d’encre. Pour ajouter à la controverse de cette parution, le roman est également nominé pour le très célèbre prix Goncourt, malgré le jeune âge de l’auteur. Devenu un objet de méfiance pour certains de ses pairs du monde littéraire, Réjean Ducharme n’en reste pas moins considéré comme l’un des écrivains les plus emblématiques de la littérature canadienne du xxe siècle.

En 1967 et 1968 sont ensuite publiés Le Nez qui voque et L’Océantume, deux romans dont les manuscrits avaient été soumis à Gallimard en même temps que l’Avalée des avalés. Le succès est immédiat. Outre ses romans, dont le dernier, Gros mots, est paru en 1999, Réjean Ducharme s’est également illustré dans le monde du théâtre. Parmi ses pièces, Ines Pérée et Inat Tendu, dont les personnages ne sont pas sans rappeler ceux de Samuel Beckett dans En attendant Godot, des individus englués dans l’inaction et confrontés à l’absurdité de leur existence ; ou encore Ha ha!..., qui met en scène quatre personnages en prise avec la douleur impitoyable d’un monde adulte source de désespoir. Mais Ducharme, en véritable artiste polyvalent, s’est également frotté au septième art en tant que scénariste pour deux films réalisés par Francis Mankiewicz : Les Bons Débarras et Les Beaux Souvenirs.

Mais si Réjean Ducharme a marqué de son empreinte le monde littéraire canadien, c’est avant tout grâce à son style unique et d’une richesse infinie. Jonglant avec les néologismes, les jeux de mots et les métaphores, il aborde avec intensité et désespoir les combats et batailles que doivent livrer enfants et adolescents face à un monde adulte corrompu. L’Avalée des avalés en est d’ailleurs une représentation magistrale. Bérénice Einberg, l’héroïne du roman, et son frère Christian se retrouvent tous les deux au centre du conflit conjugal qui oppose leurs parents. Confrontée aux mensonges de ces derniers, à leur égoïsme et à la souffrance qu’ils lui imposent en la séparant de son frère, Bérénice devient la parfaite incarnation de ce que la crise d’adolescence a de plus extrême et douloureux.
Écrivain énigmatique au succès fulgurant, Réjean Ducharme a su, depuis plus de quatre décennies, cultiver le mystère qui l’entoure tout en gardant son statut d’auteur emblématique de sa génération.

A propos du livre "L'Avalée des avalés"

L’Avalée des avalés est un roman écrit par Réjean Ducharme en 1966. Publié chez Gallimard dans la collection « Blanche », L’Avalée des avalés connait un succès considérable : salué par la critique, il est nominé pour le Prix Goncourt et obtient le Prix du Gouverneur général du Canada en 1967.

Né à Saint-Félix-de-Valois (Canada) en 1941, Réjean Ducharme est un écrivain canadien d’expression française. Malgré sa renommée internationale, on ne possède que très peu d’informations de lui : l’auteur préfère vivre dans l’anonymat le plus total. Dans L’Avalée des avalés, il dénonce le poids des institutions religieuses et miliaires qu’il oppose à l’insouciance de l’enfance.

L’action du roman se déroule au cours des années soixante sur l’ile des Soeurs dans la banlieue de Montréal, à l’époque de la Révolution tranquille. Durant cette décennie, la région du Québec commence à observer les principes de l’État-Providence, correspondant à une sécularisation progressive de l’état. L’histoire se focalise sur Bérénice Einberg, une jeune fille dotée d’une maturité précoce. Avec son frère Christian, elle est confrontée quotidiennement aux disputes de ses parents. Pour nourrir les antagonismes conjugaux, ceux-ci décident d’élever et d’éduquer Bérénice selon la tradition juive, et Christian selon les principes catholiques. Cette manipulation ne fait pourtant que renforcer l’amour de Bérénice pour son frère. Furieux, le père décide alors d’envoyer la jeune fille en pension à New York chez son oncle, un juif orthodoxe strict et intransigeant.

Réjean Ducharme fait preuve d’une formidable poésie dans L’Avalée des avalés. La richesse de l’écriture, caractérisée entre autres par les nombreuses métaphores, a contribué au succès du roman. En 1992, Jean-Claude Lauzon s’inspire de l’histoire de Bérénice pour réaliser son long métrage, Léolo.

Informations techniques

ISBN papier : 9782806252098

ISBN numérique : 9782806251640

Ces analyses du livre "L'Avalée des avalés" pourraient également vous intéresser

Ceux qui ont téléchargé cette analyse du livre "L'Avalée des avalés" ont également téléchargé